Islande, Nos road trips

Road trip en Islande – Le sud des Fjords de l’Ouest

La suite de notre road trip d’une semaine dans les fjords de l’ouest de l’Islande. On vous a fait découvrir le nord, les phoques, les maisons au toit d’herbe. C’était magnifique! Si vous avez raté la première partie, c’est ici que vous trouvez le récit de nos trois premiers jours dans les fjords de l’ouest.

Cette fois, on vous emmène dans le sud de cette partie de l’île à la découverte de plages de sable, d’eau turquoise (oui oui!) et surtout, on vous présente l’oiseau emblématique de l’Islande: le macareux ❤

De Dynjandi à Látrabjarg

Vous vous souvenez? On dormait sous la pluie au pied de Fjallfoss. Et bien figurez-vous qu’on s’est miraculeusement réveillé avec la tente sèche et on remercie le vent. Grâce à lui, on ne dormira pas dans une tente humide ce soir.

On continue en direction du sud en passant un nouveau col. Encore une fois, les paysages changent et nous promettent une magnifique journée. On s’arrête plusieurs fois pour prendre des photos. Entre les fleurs contrastant avec la lave, la mousse et les moutons qui jouent les divas, il y a de quoi s’amuser.

Attention à ne pas oublier de saluer la statue de Kleifakallinn qui borde la route. Elle protège les voyageurs depuis des décennies et ça risquerait de vous porter la poisse. En Islande, on ne rigole pas avec les traditions!

Fjords Ouest Islande

Les contrastes de la nature islandaise.

Fjords_Ouest_Islande_Moutons

Les moutons islandais. Moins nombreux qu’en Nouvelle-Zélande
mais toujours aussi stupides.

Une route dans les fjords de l'ouest de l'Islande.

On passe notre route devant la source chaude de Reykjafjörður et on tire jusqu’à la plage de Hvesta pour une pause pique-nique. C’est la première fois depuis notre arrivée qu’on prend le temps de s’arrêter sur une plage. La météo n’est pas assez bonne pour faire un bain de soleil, alors on mange comme des Anglais dans notre voiture (dédicace personnelle à mon amie Joanne qui adore pique-niquer dans sa voiture 😘).

Il y a une variété impressionnante d’oiseaux dans cette partie de l’île. Et surtout au mois de juin, puisque c’est la période de nidification. On a tellement de photos qu’on vous reparlera de ces belles rencontres (ou pas) dans un autre article 😉

La plage de Hvesta

Aujourd’hui, on enchaîne un peu les kilomètres pour rejoindre les falaises de Látrabjarg. Elles sont célèbres pour abriter des millions d’oiseaux mais surtout pour le macareux. On traverse rapidement Patreksfjörður complétement désert avant de faire une halte vers l’épave du Garðar BA 64.Un groupe de photographes allemands s’amuse et on décide d’attendre sagement qu’ils s’en aillent pour l’avoir rien que pour nous. Le vent commence à souffler, on joue avec les reflets dans l’eau qui font apparaître et disparaître l’épave. On essaie d’imaginer son allure en 1912, lors de son lancement et toutes les histoires qui ont dû se passer à bord.

Saviez-vous que cette épave n’a pas atterri là par hasard? A l’époque, les navires dont on n’avait plus besoin étaient coulés (merci l’écologie!). Le Garðar BA 64 a miraculeusement survécu et a été transporté dans la vallée du Skápadalur pour survivre encore un peu, en attendant que la rouille ne le digère complétement. Ne vous inquiétez pas, il vous reste encore un peu de temps pour venir le photographier avant qu’il ne disparaisse.

Gardar BA 64

Gardar BA 64

En parcourant ce road trip dans les fjords de l’Ouest, on a remarqué que les paysages changeaient régulièrement pour nous faire pousser des « waou » et des « qu’est-ce que c’est beau » à tous les virages. La suite n’a pas échappé à la règle.

L’Islande est un pays magnifique je persiste et je signe. Du sable blanc, de l’eau turquoise, une vue à couper le souffle, on croit rêver  

Fjord_Patreksfjörður

Et le rêve continue. La route pour se rendre aux falaises de Látrabjarg sillonne la campagne islandaise. On traverse de petits villages (ou plutôt hameaux) et puis des étendues à perte de vue.

La route pour se rendre à Latrabjarg

Et puis le moment tant attendu arrive enfin. La fin d’après-midi aux falaises de Látrabjarg bat son plein. La lumière commence a descendre (même s’il ne fait jamais nuit). On parque notre petite voiture et on part à l’assaut de ces promontoires gigantesques. Partout, il est écrit de faire attention à ne pas trop se pencher et de se coucher pour répartir son poids sur le sol. Il faut savoir que les oiseaux creusent leur nid dans la falaise et rendent de ce fait, la paroi instable.

C’est tellement haut que ça me coupe le souffle. Même couchée, j’ai peur que le sol se dérobe sur mes pieds mais on tente tout de même d’observer, celui que nous sommes venus chercher, le macareux. On avance, on se couche mais rien. Il y a des dizaines de millier d’oiseaux mais aucun macareux en vue. On s’en fiche c’est beau, on profite pour marcher un peu et observer les autres créatures qui peuplent les lieux.

Falaises de Látrabjarg

Des falaises de plus de 400 mètres, ça fait quand même un peu froid dans le dos.

Nous qui pensions qu’il y aurait des macareux partout, c’est plutôt raté.

Tout à coup, pendant que tout le monde marche sur les bords de la falaise sans faire attention, on remarque deux touristes italiens un peu trop attentifs. Ils nous font signe de ne pas faire de bruit et de nous approcher. Il y a un macareux, juste-là, devant nous. Il vaque à ses occupations tranquillement, nettoie son plumage et nous, on se régale de ce spectacle.

Macareux aux falaises de Latrabjardg

Macareux aux falaises de Latrabjarg

Info pratique: Pour ceux et celles qui cherchent les macareux, ils sont plus nombreux vers le parking. Nous ne connaissons que très peu cet oiseau pour vous donner une tendance mais nous en avons vu d’avantage à l’heure où le soleil se couche. Peut-être est-ce le moment où ils sortent de leur nid pour aller pêcher? 

Un macareux moine sur les falaises de Latrabjarg


Camping aux environs de Látrabjarg
  En redescendant des falaises, il y a un petit camping sur la droite de la route.
Il y a juste des toilettes et le bruit des vagues.
  Gratuit.


La plage de sable rouge de Rauðasandur

Pour notre dernière journée dans les fjords de l’ouest, on décide de faire un arrêt sur la plage de sable rouge de Rauðasandur. Il faut dire qu’après avoir découvert la plage de sable vert de South Point, sur l’île de Big Island à Hawaii, on est de grands admirateurs de plages aux couleurs particulières. Et puis la tentation est trop forte pour ne pas avoir envie d’aller se baigner les pieds.

Mais juste avant, on profite d’immortaliser un mouton et son petit avec la belle église noire de Saurbær.

Les moutons de Raudasandur

Ils ne sont pas mignons?

La plage est longue d’une dizaine de kilomètres et pour s’y rendre, il faut être un peu attentifs aux marées. Se retrouver au milieu de l’océan (oui, la mer est loin!), ce ne doit pas être très drôle.

Ce matin, on est plutôt chanceux, la marée est descendante et on part à l’assaut de l’océan. Sur le chemin, on rigole un peu des attaques de sternes à répétition (quand on comprend qu’elles défendent leur nid, on fait tout de suite plus attention…) et puis on arrive sur la plage de sable rouge. L’impression de voir la mer a quelques mètres n’est qu’une illusion et on marche une vingtaine de minutes pour enfin pouvoir se baigner les orteils. On rigole en s’imaginant piégé par la marée et on rebrousse chemin pour regagner la voiture.

La plage de sable rouge de Raudasandur

Comme une impression d’être seul au monde.

La plage de Rauðasandur

Info pratique: Pour ceux et celles qui suivent le même itinéraire que nous, il y a une source chaude dans le village de Krosslaug. Elle est composée d’un bassin naturel et d’une piscine. Le prix est de 500 kr (environ 4 francs) et il y a des vestiaires avec douches chaudes et toilettes.

Notre road trip dans les fjords de l’Ouest s’achève ici. On vous retrouve très bientôt pour vous raconter nos péripéties à la cascade de Glymur.

 

Découvrir nos articles sur ce road trip en Islande

Si vous préférés les paysages hivernaux, vous pouvez également lire nos articles sur l’Islande en hiver.

 

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS PLAIRE

11 comments
  1. Julie Répondre
    25 juillet 2016 à 10 h 35 min

    <3

    Oui, l'Islande ça me coupe toujours le souffle et la parole…

    1. Letizia Répondre
      25 juillet 2016 à 10 h 35 min

      A chaque fois c’est pareil, on n’est pas parti qu’on a déjà envie de revenir…

  2. LadyMilonguera Répondre
    25 juillet 2016 à 17 h 41 min

    Je trouve ces paysages absolument fabuleux !

    1. Letizia Répondre
      26 juillet 2016 à 8 h 37 min

      L’Islande est un pays magnifique ❤

  3. Tiphaine Répondre
    25 juillet 2016 à 23 h 14 min

    C’est juste… Magnifique <3
    Des paysages d'une telle beauté, on a comme l'impression que cela n'existe que dans les films et pourtant… Il faudra vraiment que je vois ça de mes propres yeux au moins une fois. Même sans tortue 😉

    1. Letizia Répondre
      26 juillet 2016 à 8 h 38 min

      Oh merci pour ton commentaire Tiphaine, ça me fait plaisir de te voir par ici.
      Je sais que tu adores les tortues mais je peux presque te promettre que tu vas aussi adorer l’Islande ☺️

  4. Tiziana Répondre
    4 août 2016 à 19 h 04 min

    C’est simplement magique, j’adore l’instant ou vous voyez les macareux, voir des animaux sauvages c’est toujours grandiose.
    Photos magnifiques comme toujours 🙂
    Merci pour ce partage.

  5. Leslie Répondre
    3 novembre 2016 à 23 h 20 min

    Waw, c’est si beau ! Ce voyage me fait rêver !

    1. Letizia Répondre
      4 novembre 2016 à 12 h 01 min

      Merci pour ton commentaire Leslie !

  6. Natacha Répondre
    22 décembre 2016 à 9 h 56 min

    Bonjour,

    Votre blog est super et les photos sublimes.
    Nous partons en février découvrir ce pays, la parti de votre périple concernant l’Islande en hivers m’a donc été très utile (merci:).
    Nous y allons pour 10 jours, j’aurais voulu avoir votre avis : pensez-vous qu’il soit possible d’inclure un petit bout des fjords de l’ouest à notre périple ?. J’aurais bien voulu y jeter un coup d’œil, rien qu’une journée. Petite précision nous logeons prêt de Reykjavík.

    Merci par avance pour votre aide.

    Natacha

    1. Letizia Répondre
      22 décembre 2016 à 11 h 06 min

      Bonjour Natacha,
      Vous logez seulement à Reykjavik ou vous avez la possibilité de passer des nuits ailleurs? Il faut compter environ 3 heures pour aller de Reykjavík à Holmavík alors l’aller-retour en une seule journée pour avoir juste un coup d’œil me semble un peu ambitieux. Dans les fjords de l’ouest, les routes ne sont pas très coulantes, elles comportent de nombreux virages qui peuvent rendre le trajet plus long que ce que vous avez l’impression en regardant la carte. Il nous a fallu presque une semaine pour faire le tour alors à vous de voir. Si vous pouvez y séjourner, c’est magnifique et je ne peux que vous conseiller. Si non, je vous conseillerais d’y retourner une autre fois pour vraiment avoir le temps d’explorer cette partie de l’Islande.
      Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon voyage!

Laisser un commentaire