Nos randonnées, Nouvelle-Zélande

Randonnées au parc national Aoraki/Mount Cook

On poursuite notre road trip en terre du milieu avec le Parc national Aoraki/Mount Cook. Un endroit incroyable pour randonner et en prendre plein les yeux. Pour vous rendre compte, sur les 23 sommets culminant à plus de 3000m de Nouvelle-Zélande, le seul qui ne se trouve pas dans le parc est le Mount Aspiring… Je vous laisse donc imaginer la vue!

Nous sommes arrivés en début d’après-midi après avoir fait plusieurs haltes photographique sur la route. Il faut dire que depuis le lac Pukaki, son eau turquoise et les sommets enneigés au loin, les paysages sont incroyables. Nous décidons de commencer la visite du parc par une balade au bord des Blues Lakes et du Tasman Glacier. Un tiers du parc national Aoaraki Mount Cook est recouvert de glace alors autant en profiter non? En plus, le Tasman Glacier et ses 27 km est le plus long et le plus large glacier de Nouvelle-Zélande.

MountCook1

La randonnée qui mène à celui-ci est plutôt simple. En résumé, il suffit de monter quelques marches et de suivre le sentier. Selon le plan disponibles au parking, il faut compter un peu plus d’une heure si vous prévoyez de faire la marche jusqu’au point de vue. Nous avons mis 40 minutes pour faire la boucle du glacier et des Blue Lakes et 40 minutes pour faire celle qui conduit au lac.

TasmanGlacier2

TasmanGlacier1

Le lac ou les cours d’eau qui sont proches des glaciers ont souvent une couleur laiteuse grisâtre caractéristique. C’est le résultat de fines particules de roche en suspension dans l’eau. Dans le jargon, on appelle ça de la farine glaciaire. En s’écoulant, les sédiments se déposent dans le lit de la rivière et les éléments plus légers encore en suspension donnent sa couleur turquoise aux cours d’eau. Par contre, pour ceux qui se demandent ou pour les intéressés, l’eau verte que l’on peut voir dans les Blue Lakes (ci-dessous) ne provient pas du glacier, c’est simplement de l’eau de pluie.

TasmanGlacier3

TasmanGlacier4

Le lendemain, on se réveille aux aurores. La Hooker Valley Track est souvent victime de sa célébrité et nous n’avons pas envie de partager ce moment avec des hordes de touristes débarquées en car. Depuis le parking du camping du White Horse Hill, où nous avons passé la nuit, un chemin conduit directement sur le sentier de randonnée. Le soleil n’est pas encore levé, les lumières sont absolument incroyables et nous sommes seuls au monde. On s’arrête quelques instants pour profiter des paysages et on ne peut s’empêcher d’avoir une petite pensée pour Peter Jackson, le réalisateur du Seigneur des Anneaux et du Hobbit qui a choisi cet endroit pour quelques scènes de ses films.


White Horse Hill Campground
10$ par personne et par nuit.


HookerValley

En Nouvelle-Zélande, tous les chemins à connotation touristique sont très bien entretenus. Nous qui croyions partir à l’aventure, c’est plutôt raté. Mais c’était avant qu’on déboule dans la vallée et qu’on remarque la puissance du vent. On sourit, ce n’est qu’une brise par rapport à ce que nous avons vécu en Islande. On n’a peur de rien et on avance avec en toile de fond, notre récompense du jour, le magnifique Mount Cook et ses 3753m d’altitude.

HookerValley1

C’était pourtant écrit noir sur blanc qu’il y aurait trois ponts à franchir, mais je me suis dit que ça irait. J’ai une peur du vide irrationnelle alors je serre les dents, ça tangue. Pour me changer les idées, Raphaël me donne quelques anecdotes sur la grosse montagne qui nous observe. J’apprends que la première tentative d’ascension a été effectuée en 1882 par un Irlandais et deux guides Suisses (moment de fierté) mais que le sommet n’a jamais été atteint avant 1894 par trois Néozélandais. C’est drôle mais si comme moi vous êtes pris d’une peur panique pour quelque chose d’irrationnel, pensez à autre chose ou demandez qu’on vous raconte une histoire, ça aide (je sais, c’est plus difficile à dire qu’à faire…).

HookerValley2

HookerValley3

Le temps menace un peu, de gros nuages font leur apparition. On croise les doigts pour qu’ils nous épargnent, même si on sait qu’en Nouvelle-Zélande, le temps change rapidement. On passe encore deux ponts suspendus et puis le voilà enfin, le Hooker lake et ses icebergs. Bon, ce n’est pas non plus le Pôle Nord alors ne vous attendez pas à une mer de glace mais c’était la première fois qu’on en voyait alors on était content quand même…

HookerValley4

On prend le temps de faire quelques photos et puis on décide de revenir sur nos pas pour regagner notre fidèle van « Voldemort » qui nous attend bien sagement sur le parking du camping. C’est l’heure de prendre le petit-déjeuner et de choisir ce que nous allons faire ensuite. Un canard sauvage nous tient compagnie (il veut nous piquer notre nourriture c’est sûr et certain). Raphaël regarde la brochure du parc et m’annonce qu’il y a encore un petit trail nature en contre-bas du village. On pourra peut-être apercevoir le célèbre Kea…

Le Governor Bush Walk démarre à côté des toilettes publiques du village où vous pourrez prendre une douche chaude payante (jamais négligeable quand on dort dans un van). Nous ne les avons personnellement pas utilisées mais on ne savait pas non plus qu’il y en avait. On aura finalement eu besoin que d’une petite demi-heure par rapport à l’heure annoncée. Autant vous le dire tout de suite, quand on vous dit « look track » et surtout quand il y a écrit « point of view », il ne faut pas rêver, vous allez devoir faire fonctionner vos mollets. Tout se mérite en Nouvelle-Zélande et tant mieux j’ai envie de dire…

GovernorBushWalk-3

C’est notre premier parc national mais on a déjà la larme à l’œil de le quitter. On profite encore des paysages, on photographie les fougères (une grande révélation à venir dans un prochain article) et on se résout à redescendre et à continuer la route en direction de la mer. Au revoir Mount Cook, promis, on se reverra!

GovernorBushWalk

GovernorBushWalk-2

Découvrir nos articles sur la Nouvelle-Zélande

 

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS PLAIRE

14 comments
  1. Donlope Répondre
    4 janvier 2016 à 14 h 57 min

    De superbes paysages de montagne! J’ai hâte de voir ce que ça donne avec les fougères!!!

    1. Letizia Répondre
      4 janvier 2016 à 15 h 02 min

      Les fougères, un véritable coup de foudre! Il y en avait tellement et elles étaient tellement belles que je suis littéralement tomber amoureuse. Par contre, je ne sais pas si j’arriverai à ton niveau avec mes photos 😛

      1. Donlope Répondre
        4 janvier 2016 à 15 h 15 min

        C’est gentil ça, je vais rougir 🙂 Il faut dire que j’adore les fougères et que c’est un sujet que j’ai pas mal pratiqué!

        1. Letizia Répondre
          4 janvier 2016 à 15 h 38 min

          Arf et moi je vais commencer à stresser. C’est une plante complétement incroyable! On en a en Suisse mais elles passent inaperçues au milieu du reste de la végétation. En Nouvelle-Zélande, elles sont la végétation! Certaines sont carrément des arbres… et leur façon de se dérouler, on dirait qu’elles sont vivantes. Bon je n’en dis pas plus 😀

  2. ToothbrushNomads Répondre
    6 janvier 2016 à 4 h 39 min

    Je ne savais pas que tu souffrais autant du vertige ! Je te félicite d’avoir réussi à te faire violence pour franchir les ponts de la Hooker Valley 😉 Si vous revenez en NZ plus longuement un jour, tu auras sans doute l’occasion de faire une thérapie via acclimatation : il y a tellement de ponts suspendus sur nos tracks, parfois je me dis que c’est limite incomplet sans 😀 Certains ont un sol en planches de bois mais la majorité tu vois à travers, c’est du grillage. Pour la petite histoire je souffre de vertige aussi, mais les ponts suspendus je gère maintenant. Prochaine étape : les 3-wire bridges…

    1. Letizia Répondre
      6 janvier 2016 à 8 h 38 min

      Normalement j’évite de m’en venter parce que c’est vraiment irraisonnable… 😳 J’ai remarqué que les planches de bois ça allait (à part que sa tangue si quelqu’un marche en même temps que moi) mais alors les grilles… Aïe aïe aïe, c’est pire que tout, j’ai l’impression que je vais passer à travers. On revient volontiers pour la thérapie via l’acclimatation mais peut-être pas directement les 3-wire bridges… Des ponts avec juste une ficelle pour marcher? Ils sont fous?!?

  3. totheedge Répondre
    8 janvier 2016 à 1 h 02 min

    C’est chouette de voir ça a une autre saison ! La plupart des randos étaient fermées en hiver pour risque d’avalanche. J’adore les ponts par contre, j’aurais bien aimé voir ça 😉

    1. Letizia Répondre
      8 janvier 2016 à 9 h 11 min

      On s’est demandé comment c’est de visiter la Nouvelle-Zélande en hiver (on a eu un peu froid parfois), je ne savais pas que les randos étaient fermées mais en même temps je peux comprendre, il faut faire attention avec la montagne. Si tu aimes les ponts, tu peux aller sur la Hooker Valley ou, comme l’a dit Toothbrushnomads plus haut, la 3-wire bridge doit être sympa et plus aérienne encore 😛

  4. Claire Répondre
    16 janvier 2016 à 9 h 35 min

    Les icebergs, c’était une première fois pour nous aussi !!! Juste dingue. Le Mt Cook est tellement majestueux <3 On s'est baladés dans la Hooker Valley au coucher du soleil, seuls en compagnie des possums (rare endroit où on en a vu vivants…) et on est rentrés sous les étoiles en passant par les swing bridges sans voir la rivière en dessous, frissons garantis 😉 !!!
    Et alors, comparé à vos belles montagnes Suisses, vous en avez pensé quoi ?

    1. Letizia Répondre
      16 janvier 2016 à 10 h 47 min

      Cette montagne est incroyable, on aurait pu passer une semaine à gambader dans ce parc 😛 Waou au coucher du soleil, ça doit aussi valoir son pesant d’or… et dire que ça ne nous a pas effleurer l’esprit. J’aurais dû le faire au crépuscule, j’aurais peut-être eu moins peur du vide 😉

      Je dirais que c’est différent, les deux magnifiques mais différent oui. En Nouvelle-Zélande, la proximité entre les montagnes, les glaciers et la mer est troublante et ça rend ce pays encore plus extraordinaire. On était à Kaikoura, on pique-niquait au soleil et derrière nous s’élevait les montagnes, majestueuses et énormes.

  5. Marie Répondre
    19 janvier 2016 à 10 h 57 min

    C’est magnifique !

    1. Letizia Répondre
      19 janvier 2016 à 11 h 41 min

      Bienvenue en Nouvelle-Zélande 🙂

  6. Amelie - Voyagista Répondre
    14 avril 2016 à 14 h 50 min

    Je ne connais pas encore ce coin mais j’hésite, j’ai peur que ça ressemble trop aux Alpes…

    1. Letizia Répondre
      15 avril 2016 à 7 h 23 min

      Je n’ai qu’un conseil: fonce! En partant en Nouvelle-Zélande, on nous a dit: « Oh, moi je n’irai jamais en Nouvelle-Zélande, ça ressemble trop à la Suisse » et puis on a découvert le pays. On s’est pris une claque à chaque fois qu’on s’est arrêté. Oui, il y a des montagnes mais en Suisse, c’est impossible d’être assis sur une plage à prendre un pique-nique avec des dauphins en regardant les sommets enneigés pas très loin 😛
      Et pour le vrai conseil, je dirais que les montagnes, qu’elles soient en Nouvelle-Zélande, en Suisse ou en France, c’est vrai que ça reste des montagnes mais la végétation n’est pas la même, les couleurs ne sont pas les mêmes, les odeurs ne sont pas les mêmes, les animaux que tu rencontres ne sont pas les mêmes… Le Mount Cook était un de nos gros coups de cœur et d’ailleurs Fiordland aussi (avec ses montagnes). N’hésite pas à revenir me donner ton feedback si tu sautes le pas, je serais intéressée de lire ton avis 😀

Laisser un commentaire