Espagne

Majorque – Pollença et le Cap de Formentor

Majorque c’était une découverte. Une de celle qui vous laisse un goût d’inachevé et à qui vous promettez de revenir, un jour. C’était une idée de Raphaël qui voulait participer à l’Ironman et puis le séjour s’est transformé en vacances d’avant les vacances pour se changer d’air, pour décompresser, pour respirer un peu.

Les vacances avant un Ironman ne sont pas vraiment des vacances. Il faut encore s’entraîner, il faut manger correctement, il faut se reposer, il ne faut pas trop marcher. Avant la course, nous avons visité la ville d’Alcúdia tranquillement sans vraiment penser à prendre des photos. Nous nous sommes levés aux aurores pour aller faire quelques brasses puis nous avons couru jusqu’au port pour aller acheter le pain et nous sommes revenus à la villa que nous avions louée. Puis c’était le jour de la course, le moment que Raphaël franchisse la ligne et qu’il apprenne qu’avec sa 4e place, il était qualifié pour les Championnats du monde. Le rêve éveillé encore une fois, les larmes aux yeux, cette fois c’est fait, toutes ces heures d’entraînement lui ont enfin permis de se mettre le cœur en paix, non 2013 ce n’était pas de la chance.

Le cœur léger mais les jambes lourdes, nous sommes allés nous perdre dans les ruelles de Pollença. Nous nous sommes assis sur une terrasse, nous avons siroter un soda en pensant à tout ce qui nous attendait et puis nous avons pris notre courage à deux mains et nous sommes allés fouler les 365 marches du Calvaire parce que nous n’avions pas encore assez. Quand on sait que des pèlerins montent les escaliers sur les genoux, ça fait quand même réfléchir. Nous avons contemplé la vue, pris des photos et puis nous sommes redescendus pour aller profiter d’un moment dit-on unique, le coucher du soleil sur le cap Formentor.

Début des 365 marches du Calvaire

Pollença - Calvaire

Pollença - Aloé vera

Pollença - fleurs

Pollença - Calvaire

 

Coucher de soleil au Cap Formentor

Une route sinueuse qui grimpe encore et encore. Tous les virages un nouveau point de vue. On a le cœur accroché, il ne faut pas avoir le mal des transports et on pense à ceux qui l’ont fait en vélo et à leurs cuisses qui devaient brûler. Au premier arrêt photo, nous descendons de la voiture pour faire comme tout le monde. Il est trop tôt, c’est beau, il y a trop de monde. On marche un peu jusqu’au bout du chemin pour déclencher l’objectif. On essaie de faire des photos que les autres n’ont pas. On rigole de ceux qui se prennent en photo avec leur perche et puis on regarde au loin l’horizon.

On retourne à la voiture avant que ça ne soit trop tard. Il faut arriver au phare avant que le soleil soit trop bas sinon toutes les photos seront ratées. Ce soir-là, le ciel n’est pas devenu rouge, il s’est assombri simplement comme un soir sans fantaisie en laissant la beauté du lieu prendre le dessus. Un simple spectacle de la nature.

Cap Formentor

Cap Formentor

Cap Formentor

Cap Formentor

Cap Formentor

Cahier_crayon

Il n’est pas très difficile de se déplacer sur l’île de Majorque. Rien n’est loin, tout est proche. Depuis Palma, prendre la route qui mène en direction d’Inca et ensuite vous verrez des indications pour Pollença et le Cap Formentor.

Pour éviter le flot de visiteurs, préférez la fin d’après-midi et le début de la soirée. Nous y étions au mois de septembre et nous n’avons eu aucun problème à circuler et à nous garer.

 

3 comments
  1. LadyMilonguera Répondre
    2 novembre 2015 à 17 h 05 min

    Voilà qui donne envie de repartir en vacances !

  2. Apprentie Voyageuse Répondre
    13 novembre 2015 à 12 h 12 min

    Nous avions choisi juin pour découvrir l’île et en dehors des familles avec des enfants en bas âge on a pu éviter le plus gros des touristes. Tes photos me rappellent plein de souvenir en tout cas… Et félicitation à Monsieur (et à toi qui le soutien et l’accompagne… je sais ce que c’est :p)

    1. Letizia Répondre
      30 novembre 2015 à 11 h 21 min

      Monsieur te remercie 🙂 Majorque est une très belle découverte, je ne connaissais pas du tout avant d’y mettre les pieds.

Laisser un commentaire