Islande, Nos road trips

Islande en hiver – La péninsule de Snæfellsnes

La péninsule de Snæfellsnes est située au nord-ouest de l’Islande. J’avais lu qu’elle était magnifique, sauvage et mystérieuse et nous n’avons franchement pas été déçu. Un grand coup de cœur pour les rafales de vent qui nous ont parfois empêchées de sortir de la voiture mais qui nous ont permis de voir une mer déchaînée comme nous n’en avions jamais vu de nos vies.

Comme je vous l’avait déjà soufflé dans mon article sur le Cercle d’Or, nous n’avons pas franchement été épargnés par la météo pendant notre séjour de cinq jours en Islande. De la pluie, des rafales de vent à plus de 150 kilomètres heure, de la neige et beaucoup de nuages ont rendu notre séjour un peu chaotique mais l’Islande est un pays magnifique qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige! Voici un petit compte rendu de notre journée à sillonner la péninsule de Snæfellsnes.

Que voir sur la péninsule de Snæfellsnes?

La nature à l’état pure! Volcans, falaises, océans déchaînés, roches basaltiques, prairies aux lutins, tout y passe. Inutile de se demander pourquoi elle est si célèbre dans les sagas et histoires fantastiques et pourquoi Jules Vernes a choisi le volcan Snæfellsjökull comme point central de son Voyage au centre de la Terre.

La roche basaltique de Gerðuberg

Lors de notre court passage à Reykjavík et la visite de Hallgrímskirkja, l’église luthérienne de la ville, j’ai lu que celle-ci possédait un magnifique orgue basaltique sans savoir ce que cela signifiait. Ce n’est qu’en découvrant Gerðuberg, un mur de pierres célèbre pour ses colonnes basaltiques que j’ai compris que l’église et son orgue étaient inspirés de ce phénomène naturel. Quelques recherches plus tard, je suis enfin une pro de la roche basaltique qui est en fait une roche issue d’un magma refroidit très rapidement. Vous mettez ces colonnes de roche les unes à côté des autres et vous obtiendrez un orgue basaltique! Si ce n’est pas très clair, voyez plutôt car ce phénomène imposant vaut quand même le coup d’œil. On ne voit pas très bien la grandeur de cette muraille sur la photo mais les colonnes font environ 15 mètres de hauteur…

Pour accéder au site, il faut suivre la route 54 en direction de Búðir et l’emplacement sera signalé sur votre droite. Il est également possible d’accéder à ces colonnes par le haut en suivant le chemin mais la route n’était pas très praticable en hiver.

La façade d'orgue basaltique de Gerðuberg.

L’absence des phoques d’Ytri-tunga

La zone est très connue pour les colonies de phoques qui passent leur temps à se prélasser sur la plage. Malheureusement, le vent et l’océan déchaîné (qui ne rend pas très bien sur les photos) ne nous auront pas permis de voir de phoques sur la plage. Nous avons quand même bien rigolé, enfin surtout Raphaël qui a trouvé vraiment drôle de pouvoir se coucher dans le vent.

Le vent ne souffle pas du tout fort à Ytri-tunga!

L’église noire de Búðir

Sur la carte, vous aurez l’impression que Búðir est un village… On raconte qu’autrefois, c’est ici que les premiers habitants de l’Islande débarquèrent après avoir traversé l’océan. Aujourd’hui, Búðir se résume plutôt à une église noire et à un hôtel de luxe. Si l’église est vraiment très photogénique, éloignez-vous un peu du parking pour aller voir la côte rocheuse, les paysages et les couleurs valent franchement le coup d’œil.

La grosse montagne que vous voyez s’élever devant vous en allant en direction de l’ouest c’est le volcan Snæfellsjökull (1446m) et son glacier qui font partie depuis 2001, du parc national du même nom. En hiver, il est difficile de s’aventurer sur celui-ci sans équipement et sans guide mais en été, le parc est très prisé par les randonneurs. Vous pourrez sans autre contourner le glacier par la route si vous ne voulez pas tenter l’ascension. N’oubliez jamais de vous informer sur les prévisions météorologies, la montagne reste la montagne.

L'église noire Búðir, un endroit rêvé pour les photographes.N'hésitez pas à sortir de votre voiture et à aller explorer les lieux autour de l'église.

Arnarstapi

Un petit, enfin minuscule port de pêche où vous pourrez voir des milliers d’oiseaux qui viennent nicher dans le coin. Les attractions ici (à part les oiseaux), ce sont plutôt les gros rochers noirs qui sortent de la mer, les roches basaltiques, les grottes et si vous avez de la chance comme nous, une mer déchaînée qui vient se briser contre les rochers.

En cas de vent et ce conseil vaut pour toute l’île, attention à ne pas vous approcher trop près des précipices, même si c’est pour faire la photo de votre vie! On s’est fait peur et votre vie vaut plus qu’un cliché…

Un petit sentier côtier de 2,5 kilomètres relie Arnarstapi à Hellnar, le prochain petit village. Nous avons fait un petit bout de la balade sur les falaises mais malheureusement, le vent était un peu trop fort pour pouvoir poursuivre jusqu’au bout. Voir les vagues sortir depuis des trous dans les rochers, c’était vraiment impressionnant!

Le vent est tellement fort à Arnarstapi que la mer jaillit entre les rochers.Une petite vague, pas de soucis...

Après cet arrêt photographique à regarder les vagues, nous nous sommes arrêtés à Hellnar, pour pique-niquer (dans la voiture) avec vue sur les falaises. Pas grand intérêt dans ce petit village à part pour les amateurs de mouettes et les dites falaises. Même le Visitor Center, où sont exposés quelques crânes d’animaux du coin et quelques informations, ne vaut pas vraiment le détour.

La plage de Djúpalónssandur

Vous avez envie de tester votre force et de soulever des cailloux comme les vikings d’autrefois? Alors ne manquez pas la plage de galets noirs de Djúpalónssandur. En fait, ces pierres étaient plutôt utilisées par les pêcheurs pour mesurer leur force et ainsi prouver qu’ils étaient à même de travailler sur les bateaux de pêcheurs. Il y a quatre pierres Fullsterkur (154kg) pour les marins très forts, Hálfsterkur (100kg), pour les moyennement forts, Hálfdrættingur (54kg) pour les gringalets et Amlóði (23kg) pour les bons à rien. Autant vous dire que je n’aurais pas fait long feu sur un bateau de pêche… Et vous, vous avez réussi à soulever laquelle?

La plage est accessible depuis un petit chemin qui part sur la droite depuis le parking. Pour ceux qui n’ont pas envie de descendre (mais ça serait dommage), vous pouvez toujours aller admirer la vue depuis le petit point de vue. Sur la plage, vous pourrez voir les restes d’un chalutier qui s’est échoué sur la plage en 1948. Pourquoi n’ont-ils pas enlever les morceaux? Aucune idée…

Depuis la plage, il est est également possible d’accéder à la baie de Dritvik par une balade sur les falaises de laves. La météo et l’océan un peu déchaînés ne nous ont pas permis d’aller jusqu’à la baie mais le coin avait l’air sympa sur les photos que j’ai vues.

Les lumières irrélles de la plage de Djúpalónssandur.

Depuis là, nous avons continué de suivre la route qui fait le tour de la péninsule sans vraiment nous arrêter pour essayer d’échapper au mauvais temps (oui oui, nous sommes optimistes parfois). Notre but final était le musée du requin fermenté de Bjarnarhöfn où nous nous ne sommes finalement pas arrêté bien longtemps à cause de l’odeur pestilentielle et parce que le responsable du musée ne parlait pas un mot d’anglais. Nous avons peut-être raté quelque chose…

Kirkjufell, la montagne isolée est visible au nord de la péninsule.

Cahier_crayon
Si vous décidez de faire le tour complet de la péninsule comme nous, comptez une journée depuis Borgarnes, un peu plus depuis Reykjavík. Si vous voulez encore randonner et profitez de visiter les petits villages, il faudra compter d’avantage de temps.

En hiver, les routes 570 et 54 qui traversent la péninsule peuvent être fermées. N’oubliez pas de contrôler l’état de celles-ci sur le guide des routes islandaises avant de partir.

 

Tous les articles sur l’Islande en hiver

Le Cercle d’Or – Þingvellir, Gullfoss et Geysir
• La péninsule de Reykjanes
Faut-il louer un 4×4 pour rouler en Islande en hiver?

Vous avez des questions? N’hésitez pas à les poser dans les commentaires!

 

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS PLAIRE

9 comments
  1. Tiziana Répondre
    8 avril 2015 à 12 h 39 min

    Les paysages sont très beaux et tellement changeants, que du bonheur !

  2. Clara Répondre
    8 avril 2015 à 17 h 51 min

    Comme c’est beau ! Je ne l’ai pas découvert lors de mon passage en septembre, mais nous y retournons en juin pour y aller, justement 🙂 bises

    Clara

    1. Letizia Répondre
      8 avril 2015 à 18 h 37 min

      Si vous avez plus de chance que nous avec le temps, essayez d’aller à Ytri-Tunga pour voir les phoques! La plage est très célèbre 🙂 Quelle chance d’y retourner, nous allons devoir attendre un peu! Vous avez prévu quoi comme tour cette fois? Si jamais il y a une source chaude sur le chemin, Raphaël s’est fait un malin plaisir à aller y barboter. Je peux essayer de te trouver le lieu, c’était pas si dur d’y accéder 🙂

  3. Madame Potiron Répondre
    9 avril 2015 à 9 h 22 min

    Ho, qu’est ce que c’est beau! Vous avez du en prendre pleins les yeux, et pleins les poumons également!

    1. Letizia Répondre
      9 avril 2015 à 9 h 54 min

      J’ai adoré cet endroit de l’île, c’était absolument magnifique! Dommage qu’on n’ait pas pu faire cette petite balade jusqu’à Hellnar mais le vent était trop fort, on ne pouvait pas marcher face au vent, on n’arrivait plus à respirer (et à tenir debout mais c’est accessoire…)

  4. Amélie Répondre
    23 avril 2015 à 13 h 47 min

    Je me penche sur tes jolis articles d’Islande pour peaufiner la préparation de mon voyage 🙂 Merci pour ce retour d’expérience !! (je pars au début de l’hiver donc ça m’aide plutôt pas mal)

    1. Letizia Répondre
      23 avril 2015 à 15 h 34 min

      En attente il y a encore un article sur la péninsule de Reykjanes et un article sur l’utilité d’un 4×4 en hiver 🙂 N’hésite pas si tu as des questions! Tu pars quand exactement?

  5. Julien Répondre
    7 décembre 2015 à 20 h 50 min

    Bonjour. Merci pour cet article, moi aussi je prépare mon futur voyage de quelques jours en février avec ma femme et mes 3 filles (1 an à 7 ans). J’hésite à prendre une journée pour aller à Vik ou au Snaefellsjökull. Ce n’est pas trop long pour aller de la capitable à la péninsule de snaefellsnes? Merci! 🙂

    1. Letizia Répondre
      7 décembre 2015 à 21 h 13 min

      Bonjour Julien, je ne peux pas vous aider en ce qui concerne Vik car nous y sommes jamais allés mais il faut compter un peu plus de trois heures depuis la capitale pour se rendre à Snaefellsjökull sur la péninsule de Snaefellsnes. Tout dépendra de l’état des routes et des conditions météorologiques. Il n’est pas rare que les routes soient fermées sans avertir en hiver en Islande. Je vous souhaite un excellent voyage avec votre famille et n’hésitez pas si vous avez d’autres questions.

Laisser un commentaire