Italie

Burano, le paradis des photographes

Depuis Venise, il faut compter une quarantaine de minutes vers le nord pour arriver à Burano. A bord du traghetto, vous ne vous éloignerez pas seulement de quarante minutes mais plutôt de quelques siècles, et de plusieurs milliers de personne. Quand on sort du tumulte vénitien, l’eau devient plus claire, l’air devient moins dense, les îles sont restées des îles et l’isolement reprend sa signification initiale. A Burano, on regarde les façades colorées, on admire la dentelle et on respire la délicieuse odeur des biscuits concoctés pendant la journée.

Contrairement à sa célèbre voisine, Burano a toujours été qu’une petite bourgade. C’est peut-être pour cette raison que, lorsque Torcello et les autres îles qui l’entourent ont perdu toute leur splendeur, elle a continué à prospérer. L’île compte environ 2700 habitants qui se répartissent, ici et là, au bord des quatre canaux qui la séparent. Ici pas de supermarché, pas de pont des soupirs, seulement des ruelles et des maisons colorées.

Pourquoi Burano est-elle si colorée?

On raconte que pendant que les pêcheurs passaient la majeur partie de leur temps sur les barques à attendre que les filets se remplissent, ils avaient l’ennui de chez eux. Pour vaincre ce mal-être qui leur pesait sur le moral, ils eurent l’idée de peindre leur maison de couleur vive et ainsi la voir depuis la mer. L’avantage certain, à cet arc-en-ciel de couleur, est que les maisons sont visibles, depuis la mer, même pendant les jours de grand brouillard.

Il existe encore d’autres suppositions sur l’origine de ces couleurs mais elles sont beaucoup moins poétiques que la première. On raconte aussi qu’après une journée à picoler en mer, les marins étaient trop ivres pour retrouver le chemin de chez eux alors ils ont peint leur maison pour la localiser plus facilement. Ou alors que les habitants de l’île utilisaient les couleurs pour montrer leur appartenance à une famille ou à une autre.

Burano - case colorate

Burano - case colorate

Burano - Case colorate - Riva

Que faire et que voir à Burano?

Tout simplement flâner, prendre le temps de regarder autour de soi et ne penser à rien. Il n’y a rien de très touristique sur l’île à part les touristes regroupés autour du canal central, l’église San Martino et le musée de la dentelle. Profitez de sortir des sentiers battus et de vous enfiler dans les ruelles. Regardez les habitants pendre leur linge ou les enfants jouer au ballon. Inutile de se presser, vous découvrirez des petits coins cachés qui méritent le détour.

Ce que j’adore faire quand je viens à Burano c’est faire le tour de l’île en longeant le petit chemin côtier qui l’entoure. J’aime échapper aux touristes et avoir l’île rien que pour moi, admirer les bateaux de pêches qui rentrent au bercail, respirer l’air de la mer qui vient s’écraser contre les murailles et me souvenir de mon enfance, quand je venais ici avec mes parents.

Burano - Riva mare

Burano - Riva mare

Comment accéder à l’île?

L’accès à l’île dépendra beaucoup de l’endroit où vous séjournez. Il faut savoir que Burano est située à environ 9 kilomètres en bateau de Venise et qu’il est possible d’y aller presque sans faire trois fois le tour de la lagune (oui, oui, cela arrive souvent…)

Depuis Venise

Prendre le traghetto depuis Fontamente Nove (à cheval entre Cannaregio et Castello). Il vous conduira en 45 minutes à Burano en passant par Murano. Une opportunité peut-être pour combiner la visite de ces deux îles.

Il y a également une option depuis San Zaccaria à Piazza San Marco mais vous aurez besoin d’une heure et demi pour rejoindre Burano et vous passerez par le Lido et par Punta Sabbioni. Il est également possible de prendre un traghetto jusqu’à Fondamente Nove et d’ensuite prendre le bateau pour aller à Burano.

Depuis Treporti

Si vous séjournez en dehors de Venise, vous pouvez vous rendre à Burano depuis le port de Treporti. Il vous faudra une dizaine de minute pour rejoindre l’île. C’est très pratique et surtout moins cher de trouver de quoi dormir dans les alentours de Jesolo, comme nous.

En ce qui concerne les billets, l’allée simple coûte environ 7 euros (valable une heure), si vous restez plusieurs jours, il est plus pratique de prendre l’option « billet touristique » valable pendant un, deux, trois ou sept jours. Il vous permettra de prendre tous les bateaux sans réfléchir et vous économiserez quelques euros. Il existe également un billet « jeune » valable 72 heures pour les gens âgés de 14 à 29 ans.

 

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS PLAIRE

19 comments
  1. LadyMilonguera Répondre
    9 juin 2015 à 10 h 46 min

    Comme c’est beau toutes ces façades pleines de couleurs !

    1. Letizia Répondre
      9 juin 2015 à 15 h 18 min

      Cette île est magnifique! C’est un de mes gros coups de coeur…

  2. Tiziana Répondre
    10 juin 2015 à 15 h 25 min

    Quelle nostalgie, j’adore m’y rendre et revoir ces photos c’est un pincement au coeur (de bonheur) Bravo !

    1. Letizia Répondre
      10 juin 2015 à 15 h 42 min

      Merci 🙂

  3. Kantu - Birds and Bicycles Répondre
    11 juin 2015 à 18 h 24 min

    J’adore j’adore ces maisons colorées! Ces villes aux façades peintes de couleurs vives sont tellement jolies… Dommage qu’il y en ait pas plus par chez nous! 🙂

    1. Letizia Répondre
      14 juin 2015 à 23 h 09 min

      Gros coup de cœur pour moi aussi! Burano est tellement belle, on dirait un arc-en-ciel 😀 En Suisse non plus, nous n’avons pas cette chance… Heureusement, nous avons les montagnes 😀

  4. Valérie@EnvieVoyages Répondre
    15 juin 2015 à 10 h 28 min

    Cette île est superbe et j’adore la poésie qui accompagne l’explication de toutes ses maisons colorées 😉

    1. Letizia Répondre
      15 juin 2015 à 10 h 46 min

      Tu as aussi un faible pour l’histoire des marins qui avaient l’ennui de la maison? Attend de lire l’histoire de la dentelle, elle est encore plus belle mais je voulais garder ça pour un autre article 😛

      1. Valérie@EnvieVoyages Répondre
        19 juin 2015 à 15 h 43 min

        J’ai hâte de la découvrir 😉

  5. Justine Répondre
    24 juin 2015 à 16 h 20 min

    Je ne connaissais pas du tout cet endroit. Ton texte est très intéressant, merci pour la découverte !

    1. Letizia Répondre
      24 juin 2015 à 20 h 21 min

      Merci pour ton commentaire Justine, très contente que mon texte te plaise 🙂

  6. Rom Répondre
    9 juillet 2015 à 5 h 33 min

    Exactement, c’est la place pour les photos, et on peut y rester des semaines juste pour les couleurs ….

    1. Letizia Répondre
      10 juillet 2015 à 14 h 12 min

      Merci pour ton gentil commentaire Rom 🙂 Je crois que je l’ai déjà dit mais j’adore cette petite île 😀

  7. Chloé Répondre
    2 août 2015 à 11 h 54 min

    J’adorerais aller à Burano, mais j’appréhende ses rues bondées de touristes lors des vacances scolaires…

    1. Letizia Répondre
      3 août 2015 à 19 h 24 min

      J’y suis déjà allée plusieurs fois en été et si tu te perds un peu ailleurs que dans les deux rues ultra connues, c’est encore sympa de se promener 😀

  8. Apprentie Voyageuse Répondre
    28 août 2015 à 10 h 30 min

    Burano, mon grand regret… à chaque séjour venitien je me dis qu’il faut que je trouve le temps d’y aller et à chaque fois et je n’y ai toujours pas mis les pieds. J’ai vraiment l’impression que c’est plus beau/un peu moins touristique que Murano en plus.
    Les couleurs (et tes photos) sont vraiment sublimes!

    1. Letizia Répondre
      28 août 2015 à 10 h 56 min

      Franchement je trouve Burano beaucoup plus charmante que Murano (qui l’est aussi mais à sa façon). L’artère principale reste très touristique mais si tu t’éloignes et surtout si tu te promènes sur les rives, tu auras la sensation de faire un voyage dans le temps. J’ai encore plusieurs îles à visiter, notamment Torcello mais j’adore Burano et j’y retourne chaque année encore et encore juste pour le plaisir de faire de la photo.

  9. Planete3w Répondre
    4 septembre 2015 à 16 h 45 min

    C’est vrai que Burano est un beau petit village. En plus, en s’éloignant de la grande rue il est possible de découvrir de magnifiques petits coins toujours aussi colorés. Lors de notre passage à Burano, nous avons vu un cours de photo extérieur ça avait l’air bien sympa mais c’était en … italien ;).

    1. Letizia Répondre
      7 septembre 2015 à 9 h 24 min

      Ah ouais le cours photo en italien si tu comprends pas la langue, c’est toujours un peu tendu 😛 J’aime pas trop la grande rue, trop de touristes. Je préfère me perdre dans les ruelles et profiter des instants de vie de l’île… Voir un pêcheur ranger son filet, regarder une grand-maman pendre son linge ou des enfants jouer au ballon. C’est une île où il faut prendre le temps de s’arrêter, un vrai paradis pour les photographes 😀

Laisser un commentaire