Nos randonnées, Nos road trips, Nouvelle-Zélande

Abel Tasman et la Golden Bay

La région d’Abel Tasman est archi-connue! C’est ici que passe une des Great Walk (vous savez ces grandes randonnées que l’on trouve en Nouvelle-Zélande). En trois semaines, pas le temps de faire des marches de plusieurs jours mais on avait quand même envie d’avoir un aperçu de la région et de ses paysages.

Le nord par le Gibbs Hill Track

Souvent laissée de côté par les randonneurs, c’est une boucle à l’extrémité de la Great Walk qui permet, en cinq heures, d’avoir un aperçu de la grande randonnée.

Gibbs Hill Track

Depuis le camping de Totaranui (voir ci-dessous), nous attrapons un petit chemin pentu pour atteindre le sommet du Gibbs Hill. Ce n’est pas très long mais ça fait chauffer les mollets. On admire les paysages depuis les hauteurs avant de redescendre vers Whariwharangi Bay. Je crois apercevoir des pingouins (fixation constante chez moi) avant que Raphaël m’annonce qu’il s’agit d’un groupe de cormorans. On les regarde se sécher les plumes un moment et on continue en direction de Separation Point.

Gibbs Hill Track_3

Gibbs Hill Track

Les paysages typiques de la Great Walk.

La randonnée reprend de la hauteur avant de nous emmener à Mutton Cove et Anapai Bay. On en profite pour faire une pause pique-nique avec les sandfly. Le ciel se couvre et on accélère le pas pour regagner le camping et retrouver notre fidèle « Voldemort ». On a de la chance avec les marées et sans nos chaussures, on a encore tout juste le temps de traverser à gué le petit bras de mer qui nous sépare de Totaranui.


Totaranui
10 à 15 $ par personne et par nuit.


 

Adel et Fisherman Islands en kayak
(où le jour où on failli mourir)

AbelTasman_Kayak2

La deuxième journée s’annonce ensoleillée. Nous venons de passer une super soirée dans notre camping (voir ci-dessous) avec vue sur la mer alors on est boosté à bloc. Le rendez-vous est fixé à 8 heures à la Old MacDonalds Farm Holiday Park. L’endroit est un peu glauque (on y était venu la veille mais on était reparti aussi vite) mais nous ne sommes pas les seuls à avoir choisi Independent Guides Sea Kayaking Abel Tasman, la compagnie la moins chère pour découvrir la région. Ouf. On s’équipe rapidement avec les chaussures d’eau, les gilets de sauvetage, les sacs étanches et on monte dans les mini bus de Mitch et de son équipe. Le lancement des kayaks se fera depuis la plage de Marahau.

Une des membres du staff nous explique les règles à suivre pour la journée: comment remonter sur son kayak s’il se retourne (quoi? 😯 ), comment accoster et repartir si on veut s’arrêter pour faire une pause, jusqu’où nous pouvons aller et où nous n’avons pas le droit d’aller. Tout semble simple sur la terre ferme. On fourre toutes nos affaires dans les sacs étanches, on les place dans les compartiments. On se réjouit de faire du kayak à Abel Tasman depuis le début de notre séjour en Nouvelle-Zélande alors on frétille d’impatience. C’est enfin le moment de se lancer, Raphael devant, moi derrière, on part les premiers et on devance rapidement tout le monde. Notre premier but: accoster sur Fisherman Island et aller dire bonjour aux otaries. Le vent commence à se lever (il souffle de dos, on ne remarque presque rien). On arrive enfin, Raphaël saute du kayak et tire l’embarcation sur la plage. On fait le tour des lieux, le sourire aux lèvres et tout à coup on se retrouve entre une otarie à moitié endormie et la mer. Grave erreur de débutants! On lui a fait peur, elle veut s’enfuir mais nous sommes sur son chemin. Elle grogne et se hisse sur ses pattes. A notre tour d’avoir peur. On remonte sur notre kayak à une vitesse grand V et on repart en mer. On rigole un peu. Jaune. Puis on prend la direction de la prochaine île.

Le vent se lève encore. On décide de s’arrêter sur Adele Island pour pique-niquer. J’ai froid. A l’abri du vent, on profite du soleil pour faire sécher nos habits trempés et faire quelques photos. L’heure tourne. Raphaël a le timing sous contrôle et m’annonce qu’il va falloir reprendre la mer pour arriver à l’heure. J’enfile mes habits encore humides et on embarque à nouveau. Quelques mètres plus loin, nous ne sommes plus à l’abri du vent et nous nous rendons compte de l’ampleur des dégâts. Les vagues sont hautes. Tellement hautes que nous ne voyons plus où nous sommes. J’essaie de garder le cap et surtout le nez de notre kayak face aux vagues pour éviter qu’on se retourne. Je commence à avoir peur, très peur. Raphaël pagaie mais le vent est trop fort, nous n’avançons presque plus. Deux autres kayaks dans la tourmente arrivent à nous rejoindre. Il s’agit d’un guide local qui nous lance « venez avec moi, je vais vous ramener sains et saufs vers le rivage ». On essaie de le suivre mais le vent nous sépare. J’ai vraiment très peur. Raphaël garde son calme et nous arrivons enfin sur la terre ferme! Je tremble de tout mon long, pétrifiée par le froid et la peur. Inutile de me parler, je n’écoute plus et je suis prise de sanglots. Il me laisse quelques minutes reprendre mon état normal puis m’annonce qu’il va falloir gagner la plage d’à côté. Impossible depuis celle-ci d’atteindre le sentier de randonnée.

Contre mon gré, je remonte dans le kayak. Elle n’est pas très loin et on y arrive rapidement. Le guide, qui a essayé de nous aider, arrive en courant: « vous êtes des héros, il n’y a que trois kayaks qui ont osé s’aventurer sur la mer déchainée! » Nous des héros? Euh… On remonte notre kayak sur la plage pour éviter qu’il ne se fasse emporter. On embarque nos affaires. Le kayak c’est fini pour aujourd’hui. On rentrera à pied.


The Barn Backpackers
20 $ par personne et par nuit.


 

Dans la région plus au nord

Nous avons profité d’une journée pluvieuse pour aller visiter la Golden Bay et quelques lieux de tournage du Seigneur des Anneaux et du Hobbit.

Wharariki Beach

Cette plage est connue pour ses couchers de soleil. Des dunes de sables, des otaries, des grottes et des moutons. Tous les ingrédients sont présents pour vous faire passer un bon moment.

Wharariki Beach

The Langford Store

Gros coup de cœur et arrêt absolument indispensable sur la route en direction des Salisbury Falls. Il s’agit d’une poste (toujours en fonction), un café et une galerie d’art tenue par Sukhita Langford, l’arrière-arrière petite fille du premier tenancier. Elle et son mari s’occupent de l’endroit depuis huit ans.

Idéal pour une pause et pour envoyer une carte postale originale à vos familles. Le miel (d’un suisse expatrié en Nouvelle-Zélande) est absolument délicieux! #momentdefierté

The Langford Store

GoldenBay_ThelangfordStore5

Pour les fans de Tolkien: l’Aorere River et les Salisbury Falls sont les lieux de tournage d’une des scènes du Hobbit. Il s’agit de la rivière où sont filmés Tauriel et Legolas à la suite de l’évasion des nains.

L’endroit est accessible en suivant la signalisation pour la Aorere Valley Road. Juste après le pont, un petit sentier part sur votre gauche. 

Pupu Hydro Walk

Une balade le long des anciens canaux d’une mine d’or. Ils sont utilisés aujourd’hui pour produire de l’électricité. On monte directement dans les rigoles. On a les pieds mouillés. Après une petite grimpette d’une trentaine de minute, on arrive sur un chemin qui suit un canal avant de redescendre en direction du parking. Plusieurs points de vue sur le chemin et fous rire garantis!

Pupu Hydro Walk

On passe comment? A chaque problème sa solution!

Te Waikoropupu Springs

Il ne vous faudra pas plus d’une trentaine de minutes pour découvrir la plus grande source d’eau douce d’Australasie. Un arrêt intéressant si vous êtes dans le coin surtout pour les panneaux expliquant la légende du lieu. Attention, on ne touche l’eau sous aucun prétexte, c’est un endroit sacré!

Pupu Springs

Nous n’avons pas évoqué tous les lieux de tournage que nous avons visité pendant notre séjour dans la région. Pour tous les connaître, il existe deux ouvrages de Ian Brodie: The Lord of the Rings, Location Guidebook et The Hobbit, Location Guidebook.

 

Découvrir nos articles sur la Nouvelle-Zélande

 

Et vous, vous avez déjà eu la frousse en voyage? Racontez-nous vos histoires dans les commentaires!

 

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS PLAIRE

4 comments
  1. Toothbrush Nomads Répondre
    20 avril 2016 à 4 h 03 min

    Belles photos ! L’anecdote des cormorans-pingouins m’a fait sourire, il nous etait arrive la meme chose lors de notre premier voyage en NZ il y a quelques annees. On a compris quand on s’est approche et qu’on a vu les « pingouins » s’envoler… 😀

    1. Letizia Répondre
      20 avril 2016 à 8 h 29 min

      C’est toujours un gros sentiment de déception n’est-ce pas 😀 Heureusement, nos copains les cormorans étaient plutôt sympa. Ils nous ont fait un défilé et un nettoyage de plumes dans les règles!

  2. Tiziana Répondre
    20 avril 2016 à 16 h 00 min

    Comme d’habitude les photos sont à couper le souffle, le texte très drôle parfois et on peut comprendre ce que vous avez ressenti. BRAVO

    1. Letizia Répondre
      20 avril 2016 à 16 h 12 min

      J’ai eu la peur de ma vie! Heureusement que Raphael sait garder son calme dans ce genre de situation… Le kayak avec les dauphins c’était franchement plus idyllique 😉

Laisser un commentaire